Équipement

Comment protéger le rhododendron en hiver

Depuis un bon moment, le rhododendron s’apparente à un invité fréquent dans les jardins. Par contre, bon nombre de personnes ignorent les moyens pour entretenir cette plante. Dans cet article, nous expliquons certains travaux à réaliser pour protéger votre rhododendron en hiver !

Préparer le sol avant l’hiver

Pour la protection de votre rhododendron en période hivernale, dans un premier temps, vous devez préparer le sol. En réalité, la plante requiert une irrigation fréquente. Ceci devra être effectué à une température supérieure à 2 degrés Celsius.

A voir aussi : Les solutions de rangement idéales pour vos outils de jardin

Alors, arroser votre sol vous permettra de ne pas exposer les racines ou vous abstiendra des risques d’érosion. Dans le même temps, vous devez pulvériser la couronne des types à feuilles persistantes. De ce fait, les plantes seront rapidement saturées d’eau.

N’oubliez surtout pas que vous pouvez omettre ce processus lorsque l’automne est pluvieux et que le sol est truffé d’eau. Pour le rhododendron, vous devez apprendre à préparer le sol dans le but de bénéficier des plantes saines.

A lire en complément : Choisir la tondeuse à gazon idéale : découvrez les différents types et leurs avantages

Protéger les branches et les feuilles

Par ailleurs, la seconde étape vise à protéger les branches et les feuilles. À ce propos, il convient de préciser que les arbustes possèdent une belle couronne. Néanmoins, ces derniers doivent être taillés. Ceci devra être effectué tous les 2 ans à 3 ans.

Au cours de la saison automnale, vous devez couper toutes les vieilles branches vides, sèches et déformées. Notez bien cela protègera les autres branches et feuilles en parfait état. Mis à part ceci, cette taille sanitaire octroiera une croissance ainsi qu’un développement harmonieux de la plante au printemps des années à venir.

Gardez en tête que la culture du rhododendron requiert une attention spéciale au toilettage de la plante. Par conséquent, vous ne devez pas négliger cette tâche !

Le système racinaire des arbustes n’est pas trop profond et se sèche rapidement sous le sol gelé. Vous devez effectuer le retrait de tous les débris et des mauvaises herbes de la zone de la tige avant le paillage. Cette plante pousse sur les sols acides. Par conséquent, vous ne devez pas utiliser tous types de pails.

Utilisez alors du fumier, des conifères, de la sciure de bois ou de l’écorce de pin. La couche des pails doit avoir une épaisseur de 5 cm au plus.

Éviter les dommages causés par le gel

Parfois, les jardiniers amateurs se demandent s’ils doivent couvrir les plantes durant la saison hivernale. En outre, ils se demandent encore si ces dernières peuvent supporter les températures aussi basses que moins de 30 degrés Celsius.

Les professionnels affirment qu’un isolement représente une nécessité pour les jeunes buissons jusqu’à 4 ans. Cela convient aussi pour les rhododendrons à feuilles persistantes, pas résistants à la période hivernale que les types à feuilles caduques.

Sachez qu’avant l’hiver, les buissons ne peuvent pas être : privés des nutriments essentiels. Les engrais faits d’azote ne sont pas : conseillés en automne. Ces derniers stimulent le développement du sol. Non seulement ceci, ils ne font pas partie du système racinaire.

Dans le mois d’octobre et le mois de novembre, veillez à choisir un complexe à base de phosphore et de potassium. Le monophosphate de potassium représente une des meilleures alternatives. Vous devez diluer dans un seau d’eau une cuillère à soupe d’engrais et la verser sur le paillis.

Utiliser un paillis pour isoler les racines

Après avoir nourri le buisson avec des nutriments adéquats, pensez à bien isoler le sol. Pour cela, la méthode consiste à utiliser un paillis organique pour empêcher les racines d’être exposées aux températures extrêmement basses et ainsi éviter qu’elles ne sèchent pendant la période hivernale.

Un bon choix de paillis pour isoler le rhododendron en hiver serait une couche épaisse (environ 10 cm) de feuilles mortes. Cela permettra aussi à l’eau de pluie ou autres fluidités naturelles nécessaires au développement sain des racines du rhododendron d’atteindre facilement les racines tout en évitant que celles-ci ne soient exposées directement aux températures glaciales.

Pensez à bien laisser le centre du cercle libre et concentrer le paillis sur la périphérie du buisson et non posé sur le système radiculaire lui-même. Il faut veiller à ce que la surface soit plane afin d’éviter toute irrégularité qui pourrait entraîner une accumulation excessive d’eau lors des saisons pluvieuses.

Si vous avez choisi un paillis inorganique tel que les copeaux de bois ou encore les pierres concassées, il conviendra alors dans tous les cas de protéger l’intérieur même du cercle entourant votre arbuste, par exemple en utilisant un tissu respirant sous forme géotextile qui permettra au flux hydrique nécessaire aux plantations de se faire.

N’oubliez pas de retirer le paillis au printemps afin d’éviter la prolifération de parasites ou de maladies qui peuvent se développer dans l’humidité des couchages hivernaux.

Surveiller l’humidité du sol en hiver pour éviter la pourriture des racines

En plus d’isoler le sol, il faut surveiller l’humidité du sol. Effectivement, même si les plantations ne nécessitent pas autant d’eau en hiver qu’en été, elles ont tout de même besoin de maintenir une certaine humidité afin que leurs racines ne se dessèchent pas.

Attention à ne pas trop arroser votre rhododendron pendant la saison hivernale. Le trop-plein d’eau dans le sol peut causer des problèmes tels que la pourriture des racines et donc nuire à la santé globale de votre arbuste.

Pour éviter cela, nous vous conseillons vivement d’utiliser un appareil qui mesure l’humidité du sol. Cet outil simple mais efficace vous permettra ainsi de mesurer l’humidité du sol autour de vos plantations et donc de contrôler avec précision leur état hydrique.

Si vous remarquez soudainement une baisse importante ou au contraire une augmentation anormale sur cette courbe d’hygrométrie, alors n’hésitez surtout pas à agir rapidement en conséquence : arrêtez par exemple les arrosages ou réduisez-les fortement. Si nécessaire, éliminez aussi toute eau stagnante autour des racines pour vous assurer que les plantations restent bien drainées.

Surveillez également régulièrement le niveau et la qualité de drainage dans vos pots ou jardinières car ces derniers auront tendance à avoir un impact beaucoup plus important sur l’état hydrique global des rhododendrons en hiver.

Article similaire